Martin Luther King: un activiste non-violent

Si vous ne pouvez pas voler, alors courez. Si vous ne pouvez pas courir, alors marchez.
Si vous ne pouvez pas marcher, alors rampez,
mais quoique que vous fassiez vous devez continuer d’aller de l’avant*.

Cette citationillustre bien la personne qu’était Martin Luther King (MLK). Un activiste. Qui ne lâche rien. Peu importe la situation, il décidé d’avancer. D’évoluer, de se remettre en question.

Peu importe les difficultés, et l’histoire nous prouve qu’il en a surmontées plus d’unes… MLK a toujours été un modèle pour moi, encore plus au moment où cette chronique est écrite.

Un activiste ?
Oui ! Et non-violent en plus. Il est la preuve que biens des combats peuvent être menés sans avoir recours à la violence. A force de courage et d’une réflexion sans égale, il est parvenu à faire changer les choses dans le sud des Etats-Unis, là où une ségrégation raciale différencie de manière inhumaine la population afro-américaine.

Nombreux sont les combats menés par MLK, un des plus retentissants fut sans doute le boycott des bus de Montgomery après que “Rosa Parks” (en 1955), une femme noire, fût arrêtée pour ne pas avoir voulu laisser sa place à un blanc. Ce boycott des bus par la population afro-américaine donna lieu à une violence inouïe contre cette communauté. Les boycotters se rendent au travail à pieds. Ils sont attaqués physiquement en rue. La maison de MLK est même attaquée à la bombe

Mais il(s) ne lâchent rien !
Le

Une vie dédiée à une cause !
Né à Atlanta le 15 janvier 1929, il deviendra pasteur, et activiste non-violent pour le mouvement des droits civiques. En plus de lutter contre la ségrégation, il était également contre la guerre au Viet-Nam, pour une meilleure redistribution des richesses et pour une lutte plus accrue contre la pauvreté. Ses détracteurs l’accuseront d’être communiste, ce qui a l’époque était très mal considéré.

Cet engagement, il le poursuivra jusqu’à la fin de sa courte vie (39 ans), le 4 avril 1968, jour où il sera assassiné dans des conditions provoquant encore aujourd’hui de longs débats.

Mais que nous dit son combat ?
Qu’en ces temps incertains et troubles, peu importe votre position, votre rang, chacun peut faire bouger les choses.

Votre cause n’est pas isolée ! Partout autour de vous, d’autres personnes sont prêtes à rejoindre votre mouvement. Qu’il peut être non-violent, imaginatif et impactant sur le quotidien.

I HAVE A DREAM**
On ne peut faire une chronique sur MLK sans parler de ce discours du 28 août 1963 qui restera sans doute celui le plus important de sa pensée.

Devant 250.000 personnes, il en appelle à la fin du racisme et décrit alors son rêve de liberté et d’égalité émergeant d’un monde marqué par l’esclavage et la haine.

Pour aller plus loin, je vous conseille de regarder le film Selma (bande annonce ci-dessous) et de vous poser cette question:
et vous, en 2020, quel est votre rêve ?

Prenez soin de vous & au plaisir de vous revoir !
Julien Browet
Animateur au ccpac

EN SAVOIR PLUS SUR LE SUJET

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Instagram