Ville confinée, masques et chauve-souris au menu de “The Dark Knight Rises”...

« Si je vous enlève ce masque, est-ce que cela vous fera mal ?
– Ce serait extrêmement douloureux… pour vous ! »

C’est par cet échange entre « Bane » (ici à gauche) et un agent de la CIA que j’ai décidé d’orienter l’angle de cette chronique, sur ce film: mon coup de cœur.

TOUT EST QUESTION DE SYMBOLES !
N’ayant plus de raison de vivre, (voir précédent opus), Batman va mettre sa réputation en jeu pour sauver Gotham. Il endossera un crime qu’il n’a pas commis, passant pour un meurtrier mais hissant au rang de héros, Harvey Dent, ex-procureur de la ville dont la mort débouchera sur des lois éradiquant la criminalité.

MAIS QUI EST BANE ?
Élevé dans le fond d’une grotte, sa brutalité extrême et sa “différence” pousseront « Ra’s al Ghul” à l’excommunier de la « Ligue des Ombres » dont il faisait partie, tout comme le Batman. Sur fond de vengeance, Bane est à Gotham pour détruire Batman et ses idéaux.

Mercenaire sanguinaire, il commet attentats et crimes mais justifie ses actes en jouant sur la “libération de la ville des riches qui oppressent les pauvres”. Les ex-prisonniers deviennent son armée et il établit un nouveau tribunal où les procès s’enchaînent sans aucune équité. La ville est prise en otage, elle est en confinement. Les ponts sont détruits.

Enfin, une menace pèse sur ses habitants. Une bombe atomique ! C’est un citoyen “mystère” qui a le détonateur et qui a ordre de l’actionner si l’un d’entre-eux tente de quitter Gotham. Sa perversion le pousse à emprisonner le Batman pour qu’il assiste impuissant à la destruction de Gotham.

BATMAN, HÉROS MALHEUREUX ET SOLITAIRE

Derrière le “Batman” se cache un milliardaire: Bruce Wayne. Il n’a pas de famille. Et cela l’arrange bien. Il ne veut pas souffrir ou faire souffrir. Telle est sa hantise. Il a cependant aimé une femme plus que tout, Rachel, morte dans l’opus précédent.

8 ans plus tard, “vieux” et usé, il n’a plus aucune envie de vivre. Il ne sort jamais de son manoir, même pour assister à ses propres soirées. Il est rouillé et il souffre. C’est un être humain, comme vous et moi. Après avoir réussi à faire le deuil de “Rachel”, il va trouver au fond du gouffre, une nouvelle motivation. Sauver Gotham ! Un moteur inattendu l’anime: la peur ! Oui la peur ! Celle de mourir, de rater, de rester inactif !

Il a fait un choix entre (sur)vivre ou se laisser mourir. La peur peut être une “alerte” devant un danger, mais en situation de crise, elle peut également servir de “motivation”.

Symbole du Batman dans “The Dark Knight Rises”

POURQUOI BATMAN

Véritable “blockbuster” à succès, cette franchise DC Comics, réalisée par Christopher Nolan a réussi à susciter en moi énormément de questionnements sur notre temps.

Au temps des Superman, Captain America, Hulk ou encore Superwoman, c’est pourtant “l’homme chauve-souris” qui m’a le plus marqué. De sa “peur” est né ce qu’il est. De cette peur est né son seul super-pouvoir: le courage ! Pas de rayons qui lui sortent des yeux, pas le pouvoir de remonter le temps ou de force surnaturelle. Ho, il a bien quelques gadgets. Une combinaison “pare balles” et sa “Batmobile” mais c’est surtout un “humain”, un “mortel”. Il se cache derrière un masque. Il pourrait être vous, moi, n’importe qui… c’est le parfait symbole du triomphe de la lumière sur les ténèbres !

QUEL RAPPORT AVEC LE CONFINEMENT

Au delà de la trame du film, que je vous laisserais le soin de découvrir (si je suis parvenu à vous y intéresser), ce qui m’a marqué ce sont toutes les similitudes et situations semblables à celles que nous avons pu vivre durant le confinement lié à la Covid19; et de manière générale à celles qui rythment notre comportement au quotidien.

Je ne me permettrais certainement pas de juger nos réactions mais ce film m’a renvoyé à plusieurs symboles.

Super-héros VS “vrais héros” du quotidien.
Qui n’a pas entendu ces mots durant ce confinement ? Tous les soirs à 20h00, ce sont les infirmiers, les pompiers, les policiers, les médecins que nous applaudissions à l’unisson… par la suite ce fut au tour des caissier.e.s des supermarchés, des pharmaciens… d’être comparés à des “héros”… comme le Batman, cela pouvait être vous, moi ou n’importe qui.

Mais comme le Batman, héros un jour… anti-héros l’autre jour… ou complètement oublié. Par exemple, combien serons-nous encore à soutenir le corps médical en période du post-covid ?

Risque à prendre ou pas, choix et différence entre le bien et le mal
Il a fallu faire des choix. Le choix de faire ou de ne pas faire. De juger ou de comprendre. La citation de mon intro en est d’ailleurs un bel exemple.

“Vas-tu enlever ton masque ?” Elle renvoie à d’autres questions que nous avons pu nous poser: “Vas-tu envoyer tes enfants à l’école ? Est-ce qu’on est trop prudent ou pas assez ? Est-ce que je vais me faire vacciner ? Qui dois-je croire avec tous ces experts ? (alors que ceux-ci se contredisent). Tout est question de choix ! De nombreuses scènes du films posent également cette question (voir les scènes sur les différentes “rébellions” et désobéissances civiles face aux situations sans issue).

Choix politique. Choisir le bien ou le mal. Obéir ou désobéir… se laisser gagner par la/ les psychose.s … quelque-part, “vivre ou mourir”… 70 jours nous ont permis de passer en revue toutes ces questions.

Esprit critique
“On nous ment, on nous prend pour des cons… pour des moutons. Je ne comprends rien à ces mesures, ce n’est pas clair” sont souvent les réflexions partagées sur les réseaux sociaux. Si l’esprit critique est une vertu, la “critique de la critique” en est une plus importante encore. Je sais, c’est tarabiscoté mais ne dit-on pas que nous sommes des “homo sapiens-sapiens” ?

Dès lors, mes questions sont multiples: Quel intérêt d’hurler avec les loups sur un gouvernement qui multiplie les erreurs et approximations ? Quel est l’intérêt de filmer les files interminables devant les McDo, IKEA ou Action pour ne citer qu’eux ?

A l’instar de Bane, qui après avoir imposé le confinement, pousse les citoyens à se demander “mais qui a le détonateur ?”, la situation sous la Covid19 a fait ressortir le plus mauvais et le meilleur de nous.
Par exemple, “est-ce mon voisin qui porte la covid19 ? Est-ce qu’il peut me le refiler ? Dois-je avoir peur de ma voisine, qui travaille en unité covid à tel hôpital”

Ou encore, on a pu découvrir des réactions qui flirtaient entre délation et acte civique: nombreuses sont les vidéos où “il fallait” montrer l’autre du doigt !

(c) lavenir.be/ File devant le McDo d’Alleur en plein confinement

Se moquer de celui qui se rue sur des provisions de pâtes (alors qu’il a peut-être déjà vécu pareille situation en temps de guerre ou simplement “peur” et copier d’autres personnes qui faisaient le même) ou encore dénoncer ses voisins qui ont “osé” faire un BBQ… là encore, était-ce du sens civique ou de la délation pure…?

Encore une fois, “où est le bien, où est le mal ? Quand dois-je “obéir” ? Me conformer pour le bien de tous ou désobéir”… loin de moi l’idée de juger telle ou telle réaction. Ce qui m’importe, c’est la remise en question !

EN RÉSUMÉ
Je n’ai pas de réponses à donner, enfin, j’ai les miennes mais je me garderai de vous en faire part. Comme vous je ne suis qu’un être humain, un citoyen parmi d’autres. Mais qui sait, du coup, je pourrais être le Batman en fait. Je ne l’affirme pas mais, pour reprendre une phrase lue maintes fois sur les réseaux sociaux “on ne nous a jamais vu ensemble dans la même pièce”.

Bane, interprété par Tom Hardy

QUELQUES INFOS

  • Le masque de Bane en rupture de stock aux USA durant la période du Coronavirus (source)
  • The Dark Kngiht Rises est le 2è film “Batman”, (avec The Dark Knight : Le Chevalier noir), à franchir le cap du milliard de dollars de recettes. Film le plus rentable de Nolan, il s’agit d’un des meilleurs films au box-office et du 3è film le plus rentable de 2012. (sources: wikipedia)
Prenez soin de vous & au plaisir de vous revoir !
Julien Browet
animateur du CcPAC

EN SAVOIR PLUS SUR LE SUJET

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Instagram